Les vertus - Hildegarde de Bingen

Brigitte Scohy
Bienvenue
Title
Aller au contenu

Les vertus

Etoiles, cosmos, vertus
LE MESSAGE DE STE HILDEGARDE DE BINGEN

C’est au moment où une vague de conflits s’installe entre ses filles, au sein du monastère, que Ste Hildegarde rédige « Le Livre des Mérites de la Vie », entre 1158 et 1163 : « Malgré la fatigue des tribulations qui m’affaiblirent, j’ai pu mener à bien, par la grâce de Dieu, le livre des mérites de la viequi m’était divinement révélé ».
Il se présente comme un « drame liturgique » mettant en scène de manière caricaturale diverses situations à l’origine de troubles du comportement perturbant l’harmonie de la communauté. Par peur de « l’autre », nous sommes amenés à élaborer un personnage, une personnalité. Ce que les psychologues modernes nomment en général l’EGO. Il a pour but de cacher notre véritable identité et de vampiriser l’amour et l’attention de l’autre. L’église primitive le stigmatisait de manière claire par les masques du carnaval que l’on portait le mardi gras. Mais cette journée était normalement suivie du mercredi des cendres. Les cendres provenaient à l’origine de “Monsieur Carnaval” - un pantin symbolisant nos masques - que l’on brûlait à la fin de la journée du mardi gras. Et lorsque le prêtre impose les cendres le matin du mercredi, il prononce les paroles rituelles : « Tu es cendre et tu retourneras à la cendre ». Ces paroles s’adressent bien sûr à notre EGO.
« Moi l’étrangère, où suis-je ? Dans l’ombre de la mort.
Sur quel chemin suis-je en train d’avancer ? Sur le chemin de l’erreur.
Et quelle est ma consolation ? Celle des pèlerins.
J’aurais dû avoir une demeure ornée de précieuses pierres taillées, plus brillantes que le soleil et les étoiles.
En effet, ce n’est pas le soleil couchant et les étoiles qui devaient luire en elle, mais la gloire angélique ;
car le topaze aurait dû être son fondement et toutes les gemmes constituent sa structure,
ses degrés étant faits de cristal et ses parvis tendus d’or.
Je devrais être la compagne des anges, parce que je suis le souffle vivant que Dieu a envoyé dans le limon aride.
C’est pourquoi j’aurais dû connaitre Dieu et L’aimer ».

« Une force se cache dans toute faiblesse »

Il est nécessaire d’apprendre à nous connaître dans notre réalité pleine et entière.
Tout dysfonctionnement du corps renvoie à un dysfonctionnement de l’âme.
C’est bien souvent dans leur propre sagesse, leur modération et leur maîtrise d’eux-mêmes, que les malades trouveront les forces qui soutiendront le processus de guérison.
La rage, la colère et l’énervement produisent la bile noire ou « mélanchée », comme la nomme Ste Hildegarde !

À l’origine, la bile était comme un cristal éclatant.
Suite au péché originel, avec l’irruption du DOUTE et de la PEUR dans le cœur de l’homme,
elle s’est transformée en «
mélanchée ».
Elle suscite tristesse et désespoir !
Si l’homme ne possédait pas en lui l’amertume de la bile et la noirceur de la mélancolie,
il serait toujours en bonne santé.

Ce Livre des Mérites de la Vie se présente comme un drame liturgique assorti de 82 mélodies.
Ste Hildegarde de Bingen nous y propose une véritable psychothérapie spirituelle.
Son but est d’aider l’homme à SE CONNAÎTRE, à être VRAI !
Elle met en scène les tiraillements de l'âme entre « vices » et « vertus ».
Ce que Ste Hildegarde appelle « vices » sont des troubles du comportement correspondant à l’ego ou aux Instincts.
Les vertus – forces positives – correspondent à l’esprit, au MOI profond, à l’Amour. La vie est un constant processus d’apprentissage. Il est nécessaire d’apprendre à nous connaître dans notre réalité pleine et entière.


LES VERTUS

Ste Hildegarde décrit les vertus ainsi :
Ce n’est pas qu’une vertu soit une force vivante en elle-même,
mais elle est seulement une sphère très lumineuse, brillante par Dieu dans l’action de l’homme,
car l’homme trouve son achèvement par les vertus, puisque celles-ci sont l’œuvre de l’homme qui œuvre en Dieu.
.
Les œuvres Saintes s’élèvent vers les étoiles
par la louange de Dieu…
Les étoiles ne sont-elles pas les innombrables paroles
de l’intelligence ?



Ste Hildegarde met en scène 35 vertus.
Nous pouvons les associer à la colonne vertébrale ou Arbre de Vie !
Ci-dessous le tableau correpondant aux 7 premières vertèbres (les cervicales)
C1 – Atlas
        

Névrite optique,
Sclérose en plaques,
Scoliose.
Passer de l’amour des biens temporels (désir de s’approprier) à
l’amour du monde céleste.
C3
        

Modification du timbre de la voix. Douleurs de la ceinture scapulaire (épaules).
Sortir de la comédie,

de l’EGO, et travailler à être authentique.
C4
        

Égoïsme, dépression, autisme (repli sur soi).

Découvrir la « contrition » : passer du cœur de pierre à la Miséricorde
La Miséricorde.
C5
        

Larynx et cordes vocales.
Problèmes de
dévalorisation.
Évacuer la lâcheté et faire triompher Dieu en nous.
Évacuer la lâcheté et faire triompher Dieu en nous.
La victoire de Dieu
C6
        

Foie et bile. Pharynx, glandes du cou, muscles postérieurs des épaules et des bras.

Sortir de la colère
et entrer dans la patience.
C7
        

Partie antérieure de l’avant-bras – certains muscles de la main – Thyroïde et les conflits

de vitesse (fuite ?).
Éviter la joie indécente
et aspirer à Dieu
Selon Ste Hildegarde, trente cinq vertus agissent sur le corps en régénérant la vie.

Elles élèvent l’âme, dispensent de l’énergie, conduisent à la détente, à la paix et à la guérison.

Les vertus sont des forces positives de l’âme avec l’esprit et l’amour. ces vertus sont toutes détaillées dans le livre :
Connais les voies de la guérison.
Retourner au contenu